OISEAUX DE VOLIÈRE

Nous vous recommandons de vous référer aux dépliants d’information.

Les oiseaux de volière représentent la portion d’oiseaux plus nerveux qui nécessitent de plus grands espaces. Cette catégorie s’étend à plusieurs sortes de pinsons et canaris. Leur comportement n’inspirant pas la manipulation, on leur accordera plus d’espace proportionnellement à leur grosseur (ex: un couple de pinsons nécessite l’espace d’environ 16×16 pouces, idéalement 20×20).

Prenez le temps de regarder, observer le comportement hyperactif des petits oiseaux de volière. Comparemment à une perruche, c’est étourdissant!

Comme on a affaire à des oiseaux plus actifs et nerveux, on doit leur procurer des espaces verts, des cachettes, des aires de repos. Le feuillage artificiel n’est pas dommageable, sachant que les petits becs ne brisent pas le synthétique. Donnez-leur aussi des matériaux naturels: sisal, coton, fibre de noix de coco, chanvre. Des branches naturelles sont obligatoires pour copier la nature et nous vous conseillons de les placer en angles variés.

Un bain conclue une grande activité de la journée. Une feuille de laitue mouillée devient aussi un moyen naturel de s’asperger. Si vous gardez plusieurs pinsons ou canaris en volière, la cage sera plus grosse et ne pourra donc pas être déménagée aussi facilement. Prévoyez un bon éclairage installé à même la volière. Les fluorescents ne surchauffent pas, mais procurent un éclairage bénéfique dans la gamme spécialisée.
Plusieurs mangeoires et abreuvoirs doivent être disposés sur deux palliers en pensant aux oiseaux plus réservés qui n’aiment pas descendre au fond.

Enfin, il est préférable d’en parler à un spécialiste avant de mélanger plusieurs variétés ensemble. Souvent, certains petits oiseaux cohabitent mal en période de reproduction.

Une autre catégorie se rajoute à ces oiseaux de volière: les grandes perruches australiennes. Elles ont grand besoin de voler librement et arborent un plumage des plus fragiles. Aussi, si vous tentez de les restreindre et de les manipuler de force, un nuage de plumes s’abattra sur vous, car c’est un de leurs moyens efficaces d’échapper aux prédateurs. De plus, puisqu’ils sont plus grands que les pinsons et canaris, ils devront habiter une volière d’un minimum de 4 à 6 pieds de long et d’une hauteur équivalente, munie d’un arbre pour agrémenter la volière et offrir une plus grande diversité de perchoirs.

Il ne faut pas s’attendre à de bons parleurs avec ces types d’oiseaux, ils sont généralement uniquement de bons siffleurs.